Home » Changer & agir » Une vie sans déchets
26
Sep

Une vie sans déchets

Vous avez sûrement dû entendre parler de Béa Johnson, cette française expatriée en Californie qui ne produit pratiquement plus de déchets depuis 5 ans. L’histoire est belle, tout est parti d’un constat (notre famille produit trop de déchets), puis prise de conscience (ça ne peut plus durer, on consomme trop), place ensuite aux actions (que peut-on faire pour limiter son impact sur l’environnement ? réponse : changer notre mode de consommation !).

Bilan : un blog, un bouquin, des économies faites (-30 % de dépenses en tout genre), couverture médiatique (presse, émission TV, radio) pour donner l’exemple et inciter les gens à reproduire ce modèle. Sachant que les américains produisent en moyenne plus de 700 kg de déchets / personne / an (alors que les européens en produisent deux fois moins), je pense que Béa et sa famille illustrent bien la philosophie de Gandhi « Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde ».

Le changement ne viendra pas des politiciens ou des états, il viendra de nous, les individus…

Zéro+déchet+Cover

Est-il possible de vivre en France sans produire de déchets ?

Je me suis posée la question en lisant certains articles sur cette famille franco-américaine. Parce que moi aussi, modestement, j’essaie de réduire les déchets de notre famille mais il y a encore beaucoup de travail à faire…

Déjà, c’est plus facile de suivre le modèle de la famille Johnson quand on vit en Californie. Par exemple sur Paris, je n’ai pas encore vu de poubelles pour les déchets organiques. Et je vois mal tous les étudiants qui vivent dans un 20 mètres carré mettre un lombricomposteur d’appartement chez eux ou sur leur pallier…

Zero_waste

Béa Johnson et son bocal réprésentant un an de déchets non recyclables ! (Photo @Parismatch)

De même, nous n’avons pas encore l’équivalent des Whole Foods Market, ces hypermarchés où l’on ne trouve que des produits bio et de nombreux produits en vrac. Pour en avoir visité un sur New York, je peux vous affirmer que ça n’a rien avoir avoir nos petits Biocoop ou La Vie Claire. Vivant à la campagne, je dois faire plus d’une vingtaine de km pour trouver un petit supermarché bio. Et concernant les produits en vrac, il n’y a pas grand chose. Si vous êtes végétariens, pas facile de trouver des légumineuses en vrac, pas beaucoup de choix. Il y a encore des progrès à réaliser. Même chose pour le tofu qui est toujours sous emballage carton et plastique…

Pour les légumes, c’est plus facile. On peut se fournir dans une AMAP ou dans les marchés muni de son panier en osier.

Nous qui bricolons pas mal en ce moment, nous n’arrivons pas à dénicher des vis, des chevilles ou des clous en vrac près de chez nous. Donc, je me retrouve avec des emballages plastiques qui finissent dans la poubelle et qui ne sont pas recyclés / recyclables. Ce sont des petits détails, mais au bout du compte, ce sont ces nombreuses petites choses qui font qu’à la fin de la semaine, notre poubelle de déchets non recyclables se remplit…

Vient ensuite les amis et la famille qui ne partagent pas forcément vos convictions et qui viennent chez vous avec des cadeaux pour les enfants ou pour vous suremballés. Ce n’est pas évident de faire comprendre à votre entourage vos convictions, et surtout de les faire adhérer à vos idées. Je sais de quoi je parle ! J’ai beau demander à ce qu’on achète des jouets d’occasion pour les enfants, ce n’est pas encore compris / appliqué par tout le monde. Faut-il pour autant que je mette mes amis à la porte avec leurs déchets ? Hum, pas si évident que cela… Ça finira dans nos poubelles ou dans les leurs et le problème sera le même au final !

Ce qu’on peut tout de même appliquer chez nous : 

Il y a plein de bonnes idées à piquer chez les Johnson (même sans avoir lu le bouquin que je vais me procurer d’ici peu), pour diminuer nos déchets :

  • Acheter local, de saison !
  • Prendre avec soi des contenants lorsque l’on fait ses courses pour les produits qu’on achète en vrac : sacs en tissu, bocaux en verre, sacs cabas de courses pour remplacer les sacs plastiques (toujours d’actualité en France) ou sacs en papier. C’est valable aussi pour le pain, le lait, le fromage.

bocaux_reduire_dechets

  • Evitez les produits emballés / les emballages individuels ! Même dans les produits bio, on trouve des sachets de thé emballés un par un dans un sachet en plastique, quelle horreur… Pour le reste, c’est souvent des produits industriels d’ailleurs, bourrés de colorants et additifs alimentaires. On oublie donc.
  • Réduire sa consommation : La famille de Béa vit dans une déco minimaliste. Peu d’objet, peu de meubles. Même chose côté vêtements, la garde-robe est allégée. Quelques tenues qui tiennent dans une seule valise (bon c’est vrai qu’en Bourgogne, il nous faut des vêtements chauds et des vêtements légers, ce qui n’est pas forcément le cas à San Francisco…). Mais tout de même, on peut adopter la philosophie du slow wear.

martha

  • Acheter groupé ou d’occasion : On mutualise ses achats avec les voisins si on en a l’occasion, on écume les brocantes, les marché aux puces et les vide-greniers, on achète ses vêtements, ses livres, les jouets, la vaisselle (etc.) de seconde main. Pas d’emballage, c’est plus écologique (les produits ont un cycle de vie long et on consomme moins d’énergie pour en produire des nouveaux).
  • On fait soi-même : Ses produits d’entretien, ses produits cosmétiques, les goûters des enfants, les céréales et brioches du matin. Vos poubelles et votre porte-monnaie vous diront merci. Et votre santé aussi !
  • On s’équipe d’un lombricomposteur, on adopte des poules, on met des bacs de compostage chez soi : Afin que nos déchets organiques (épluchures, coquille d’oeuf, restes de nourriture, feuilles mortes) ne finissent pas dans nos poubelles.

Et vous, que faites-vous pour réduire vos déchets ?

Rêvez-vous de vivre comme la famille de Béa Johnson ?

 

 

22 Responses to "Une vie sans déchets"

Add Comment
  1. Julie

    26 septembre 2013 at 9 h 54 min

    Ah oui, cela fait rêver !!

    Un point sur lequel je me pose des questions : on fait comment pour les croquettes du chien ? Nous lui faisons en partie ses repas, elle mange beaucoup de nos restes (une vraie poule), mais on échappe pas au gros sac de croquettes ! Surtout pour un chien de 35kg !

    Un autre point : comment faisait-on avant (quand le plastique n’existait pas) quand on achetait sa viande chez le boucher ? Dans quoi la mettait-il ? Parce que je ne vais pas la mettre directement dans mon panier !

    J’adore toujours autant votre blog ! Merci !

    Répondre
    • leontine88

      11 mars 2014 at 9 h 09 min

      pour le chien, si je peux me permettre abandonnez les croquettes qui sont faussement équilibrés et plus basé sur l’idée que le consommateur se fait de ce que doit manger un chien que sur la réalité.
      Nous nous avons opté pour récupérer (gratuitement) des déchets de viande auprès d’éleveur bio (en AMAP) pour eux c’est une aubaine car ça leur fait économiser sur le coup de l’équarrissage. D’ailleurs depuis la plupart de nos proches on fait de même. Passé la contrainte du tri et de la découpe ( 2h / mois), nous congelons le tout en portion adapté. Après il faut mélanger avec des légumes et des céréales car seule la viande ne suffirait pas. Au final, nos bêtes ont retrouver une bonne santé et notre porte- monnaie a pu se remplumer pour d’autres choses.

      Répondre
      • Marie-France

        11 mars 2014 at 9 h 25 min

        Merci léontine pour tes conseils ! Malheureusement je n’ai pas d’éleveur bio proche de chez moi et nous ne consommons pas de viande donc pas de reste à donner… Et le boucher de notre village n’est pas très coopérant car nous n’achetons rien chez lui. Ainsi, nous avons opté pour des croquettes bio que nous mélangeons avec des céréales et des légumes !

        Répondre
  2. Marie-France

    26 septembre 2013 at 10 h 06 min

    Les croquettes du chien peuvent s’acheter en vrac dans certains magasins spécialisés, mais là encore, on ne trouve pas toutes les marques ! Pour la viande, je pense qu’ils avaient du papier avant chez le boucher, mais vous pouvez mettre vos saucisses et biftecks dans des grands bocaux en verre ! On voit tout cela dans complément d’enquêtes quand Béa fait ses courses (31’30 du reportage) : http://pluzz.francetv.fr/videos/complement_denquete.html

    Répondre
  3. Vanessa

    26 septembre 2013 at 15 h 15 min

    À quand un Whole Food Markets à Paris ? J’irai faire mes courses le sourire aux lèvres !

    Répondre
    • Marie-France

      26 septembre 2013 at 15 h 17 min

      C’es vrai que ce genre de structure manque… surtout dans les grandes villes !

      Répondre
  4. Véro

    26 septembre 2013 at 20 h 50 min

    Parmi les très bons reportages diffusés par France 2, la semaine dernière, j’ai vu aussi le reportage d’Envoyé spécial « Textile : mode toxique ». A ce rythme-là de pollution, la planète ne sera bientôt plus vivable pour aucune espèce vivante, y compris l’Homme.

    Répondre
  5. ladilafé & co

    27 septembre 2013 at 4 h 28 min

    J’essaie également de réduire mes déchets et je me suis lancée un défi de produire 15 déchets maximum par semaine à deux via mon blog. Les résultats ne sont vraiment pas probants et malgré de nombreux DIY et des achats en tenant compte des (sur)emballages, je tourne autour des 25-30 déchets !
    Pour les croquettes, je les achète en sac de 25 kg et réutilise le sac en sac poubelle !

    Répondre
  6. Chrystelb

    27 septembre 2013 at 13 h 30 min

    Pour ma part, j’ai toujours un sac en toile dans mon sac à main pour faire les petites courses. Nous avons un composteur, un récupérateur d’eau pluviale, une machine à soda. A cela on rajoute la yaourtière… Et on fait le tri des déchets (même si cela ne diminue pas la quantité, au moins c’est recyclé)
    Bref petit à petit on diminue nos déchets. Mais comme tu le dis si bien, on trouve très peu de produits en vrac à mon grand désespoir ; surtout quand je vois que pour certain produits (beaucoup de produits) il y a l’emballage carton plus un emballage plastique à l’intérieur !!!
    Pour les produits d’entreten, je limite les quantités et je vais me lancer dans la lessive home-made.
    Mais avec un petit bout, il y a les bouteilles de lait, les couches et cotons… Les couches lavables, je n’ai pas pu !

    J’avoue que dans une certaine manière j’aimerai bien vivre comme elle 😉

    Répondre
  7. celine v

    24 octobre 2013 at 20 h 21 min

    Pour ma part, j’ai lu le livre de béa johnson et franchement il est plein d’idée très intéressante et une philosophie de vie qui peut se rapprocher à la notre.
    Je crois le plus dure est de faire le vide (le désencombrement), car nous ne savons pas toujours où jeter où recycler certains objets. En france tout objet n’a pas pas de filière de recyclage comme les CD ou DVD, les lunettes ou les appareils électroniques, encore beaucoup de travail là dessus.
    Par contre pour ce qui est du vrac, auchan a une gamme dans son discount pour les premières nécessité (café, pate, céréale, riz, lentille etc )qui sont de bonne qualité et pour les fruits et légumes si on habite en campagne on peut trouver des producteurs en vente directe ou des amap. Pour ce qui est de la viande je vais souvent chez le boucher (pas de barquette en polystyrène) . Pour les vis chez brico dépot c’est en vente en vrac (ils fournissent le sachet tout de même).
    Je pense que nous ne réussirons certainement pas le zéro déchet mais tout de même bien réduire et adopter un style de vie plus sain. Son livre à le mérite de nous faire prendre conscience qu’il y a quelque chose à essayer pour la planète.

    Répondre
    • Marie-France

      24 octobre 2013 at 20 h 27 min

      Merci pour ce témoignage Céline, ça me donne encore plus envie de lire ce fameux livre, vous ne voulez pas me le revendre ? 😉
      Je crois que dans son livre, Béa J. parle aussi des déchets numériques (comment vider sa boite mail). Ça m’intéresse !
      Pour se désencombrer, je vous conseille le livre de Dominique Loreau si vous ne le connaissez pas (voir dans ma rubrique Lecture). Elle ne donne pas de piste pour recycler mais ça nous motive pour se débarasser des choses inutiles qu’on garde chez soi !

      Répondre
  8. Pingback: Menus de la famille : Comment s'organiser et se simplifier la vie !

  9. Delphine L.

    11 février 2014 at 22 h 05 min

    J’ai lu il y a quelques temps le blog et le livre. Comme vous le constatez (tu ?) le vrac est loin d’être aussi disponible en France. Pour ce qui est des contenants, tout dépend des magasins. Pour ma part, j’ai testé les bocaux en verre. Certains refusent tout nets. Sinon çà demande une certaine logistique qui ne simplifie pas les courses : comme il y a le problème de la tare, je mets d’abord dans un sac, pèse, récupère le code barre puis transvase dans mes bocaux (fruits secs, légumineuses etc) sur lequel je colle le code barre. Pour les fruits et légumes, j’utilise des filets à linge sur lesquels je colle les codes barre (je mélange tout dans le même sac tant qu’il contient), mais çà c’est dans ma super superette bio, toutes ne le font pas.
    Pour les produits ménagers et les cosmétiques, le DIY est une bonne solution : on limite ainsi les emballages aux produits bruts, que l’on trouve facilement en conditionnement écolo (papier). Et puis effectivement, faire attention sur le reste : pas de conditionnement individuel, gros volumes etc.
    A 4, nous sommes passés à une poubelle de 30L par semaine (voir 1 1/2 quand on est très en forme !) de déchets non valorisables (plastiques non recyclables, papiers souillés, déchets alimentaires non compostables). On peut mieux faire c’est sûr, mais c’est déjà pas mal je trouve !

    Répondre
    • Marie-France

      11 février 2014 at 22 h 22 min

      Merci Delphine pour ton témoignage, vouloir réduire ses déchets c’est déjà énorme !
      Pour les achats en vrac, j’ai écrit cet article : http://www.savethegreen.fr/2014/02/05/ou-acheter-des-produits-en-vrac/
      Mon magasin bio a bien accepté mes bocaux en verre, mais veut toujours me proposer des sacs en plastique au cas ou le sac en tissu se renverse 😉 Sur le marché, j’ai parfois le droit à quelques commentaires de la part de commerçants, dans ce cas là je leur dit que je suis allergique au plastique !

      Répondre
  10. Jean de Broyage déchets verts

    18 avril 2014 at 9 h 39 min

    Bonjour,
    J’ai lu ce livre et j’avoue que Béa a bien du courage et de bonnes astuces !
    Un bon moyen de faire mieux pour l’environnement.
    Moi, mon credo, ce sont les déchets verts. J’ai un site sur le sujet d’ailleurs : http://www.broyage-dechets.fr
    Merci !

    Répondre
  11. Claire

    21 novembre 2014 at 15 h 20 min

    Bonjour,
    Je suis depuis quelques jours le blog, j’admire tout ça ! Je voulais juste partager sur le composteur. Je vis à Lyon dans un 35m² et depuis quelques mois j’ai un composteur de cuisine chez moi (Greenweez). Pas de vers, pas d’odeurs et vraiment tout petit, super pratique. Je le conseille vivement, ça diminue beaucoup les déchets quand on a l’habitude de cuisiner les légumes.
    Bonne continuation 🙂

    Répondre
    • Marie-France

      21 novembre 2014 at 15 h 23 min

      Merci pour l’info Claire et soyez la bienvenue par ici 🙂

      Répondre
  12. Pingback: Tous mes voeux... de simplicité ! - Save the Green

  13. sif

    26 février 2015 at 11 h 53 min

    J’ai dévoré ce livre pendant les vacances de noël. Maintenant je passe progressivement à la pratique : plus d’essuie – tout (fabrication maison de lavette éponge), achat de coton démaquillant réutilisable (j’aime bien le site : les tendances d’emma), et achat des bocaux le parfait et utilisation en magasin au rayon charcuterie : et là, il faut guider l’employé qui sort de ses habitudes et donc » panique », certains magasins sont plus ouverts que d’autres (signaler les bocaux à l’accueil), il y a un employé qui voulait emballer mon bocal dans un sachet, j’ai d’abord cru à une plaisanterie…. Je suis la 1ère apparemment dans mon secteur à le faire, du moins d’après les remarques. Les bocaux passent mieux au rayon vrac (olives, bonbons, amandes, …) mais j’ai eu droit à la remarque : « vous mettez d’abord dans le plastique puis vous transférez dans votre bocal », il faut tenir bon et être sûr de soi. Ca dérange un peu visiblement. J’utilise aussi les sacs en tissu pour les fruits et légumes.

    Répondre
  14. La Tordue

    10 avril 2015 at 12 h 35 min

    Bonjour!

    J’entends beaucoup parler de ce livre, il faut vraiment que je puisse y jeter un oeil! Cependant, quelques petites choses me chiffonnent, par exemple sur les 2 dernières photos : il y a combien d’ampoules sur son luminaire??? une ampoule sous abat jour suffit amplement a éclairer une pièce! de même, pourquoi mettre les vêtements dans des paniers posés sur les étagères du dressing? à mon sens les paniers sont de trop… c’est joli, certes, mais pour moi ça s’apparente à du sur emballage.

    Répondre
    • Marie-France

      14 avril 2015 at 17 h 37 min

      personne n’est parfait !

      Répondre
  15. laetitia

    20 janvier 2016 at 16 h 45 min

    je tente comme vous l’aventure depuis quelques temps. je suis passé aux cotons lavable, aux mouchoirs en tissus et aux serviettes de table en tissus pour limiter mes déchets.
    j’ai un lombricomposteur sur mon balcon, possède un lapin qui mange aussi mes dechéts vert et les vers (lombric) lui recycle la litière (en partie).
    je fabrique mes produits d’entretiens : liquide vaisselle, lessive, produits WC…
    je cherche par tous les moyens a limiter mes déchets, j’ai opté pour la bouteille en inox trouvé sur le site « sans-pba », tout comme pas mal d’autres choses, MAIS tout comme vous je bute sur le vrac! J’y pense fortement et aimerai pouvoir faire tous mes achats mais les magasins bio qui proposent ce genre de produits sont or de prix (et je vie seule avec un tout petit budget), il y a trop peu de choix et ils sont trés mal placé.
    Alors il y a les AMAP pour les fruits et légumes, mais il y a des listes d’attentes avant de pouvoir obtenir le fameux paniers de légumes ; le marchés? les produits sont loin d’être tous BIO…
    Si vous avez une idée, a part de tous faire soit meme (pates…), J’ECOUTE

    Répondre

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cheap Jerseys wholesale nfl jerseys wholesale nfl jerseys cheap oakleys cheap jerseys Cheap Jerseys fake oakleys fake ray ban sunglasses cheap gucci replica cheap oakleys cheap ray ban sunglasses fake oakleys replica oakleys fake cheap ray bans fake oakleys cheap gucci replica fake cheap ray ban sunglasses wholesale jerseys shop cheap fake watch sale replica oakleys replica gucci red bottom shoes cheap jerseys cheap oakleys fake oakleys cheap replica oakleys cheap replica oakleys fake oakleys replica oakleys cheap oakleys wholesale cheap oakleys outlet