Home » Changer & agir » Sortir de sa zone de confort…
08
Juil

Sortir de sa zone de confort…

Dernièrement, j’ai parlé à deux personnes proches de moi de l’alimentation vivante. L’une d’entre-elle vient d’apprendre qu’elle a un début de cancer, l’autre sort d’une dépression et s’en remet tout juste. J’ai simplement raconté mon stage de cuisine crue, les personnes autour de moi qui avaient vu leur santé et moral s’améliorer rien qu’en changeant leur alimentation. Je leur ai dit que si elles le souhaitaient, je pouvais leur envoyer une vidéo pour les faire réfléchir et leur donner les coordonnées de ma naturopathe. Ces deux personnes n’ont jamais donné suite à cette conversation. L’une d’ailleurs m’a clairement dit « non, ta vidéo ça ne m’intéresse pas, toi tu es là-dedans, dans le bio tout ça, mais moi je suis trop cartésienne pour croire en tout cela ».

Cela m’a hanté quelques semaines. J’en ai longtemps parlé avec Fred. Pourquoi, quand tu expliques à des personnes qu’il existe des méthodes naturelles à mettre en place pour améliorer leur santé, celles-ci n’ont même pas la curiosité d’en savoir plus, de s’informer… J’en suis arrivée à la conclusion que la plupart des gens ont peur de sortir de leur zone de confort.

FB_zone_confort

Cette zone dans laquelle nos habitudes sont bien encrées : Notre petite routine, notre mode de vie qui nous permet de ne pas sortir de la norme. Une vie bien rangée, aller dans le mainstream, composer sa vie selon les standards bien établis par notre société. Se soucier de ce que vont penser les autres, et surtout, ne pas s’aventurer hors des sentiers battus…

Le jour où je suis sortie de ma zone de confort…

La première fois que je suis sortie de cette zone, j’avais 18 ans. J’ai passé mon monitorat de boxe française au milieu de 40 garçons. J’étais la seule fille de la promotion. Le milieu était encore très macho. Je devais faire mes preuves. Cette expérience m’a permis d’avoir confiance en moi.

Plus tard, à 21 ans, je suis partie travailler 6 mois en Irlande. Loin de ma famille, de mes amis. Le travail était dur, mais j’ai adoré l’expérience. J’étais loin de mes repères, je n’avais que moi sur qui compter en cas de problème. Après cela, j’avais envie de conquérir le monde…

Je suis arrivée en Turquie, j’ai lâché une belle proposition de travail en France (CDI) pour avancer dans l’inconnu. Tout le monde m’a dit que ce n’était pas raisonnable. Je suis taureau, donc têtue de nature… et je n’ai écouté personne. J’avais confiance en l’avenir et en moi et surtout, confiance en mon intuition. J’ai trouvé un boulot, j’ai changé de secteur d’activités, de métier. Avec du recul, je n’ai aucun remords, bien au contraire. Partir, aller vers l’inconnu et sortir de cette zone de confort a été l’expérience la plus enrichissante de ma vie.

Et ce n’est pas fini, j’espère encore aller dans ce sens… Me challenger, me surpasser, laisser derrière moi mes craintes et découvrir de nouveaux horizons. La vie est trop courte pour avoir des regrets. Je veux me désinformer, faire les choses comme je le souhaite sans me soucier de ce que pensent mes voisins. L’alimentation vivante fait partie de ces plans, car oui, changer de mode d’alimentation, c’est sortir de sa zone de confort.

N’ayons pas peur de remettre en cause ce qu’on nous a appris et inculqué 

Rendez-vous compte à quel point nous sommes formatés ? Par les médias, les publicités, les marketeurs : Il faut être blonde en décembre, brune en janvier, charnue en 1950, mince en 2014, coucher les bébés sur le ventre, puis 20 ans après sur le dos. La société nous « guide » et nous dit ce qui est bien pour nous et pour les autres. « Soyez dans les normes » et vous aurez la conscience tranquille. Et puis un jour, on s’étonne de retrouver de la viande de cheval dans nos lasagnes…

Soyons curieux, informons-nous et désinformons-nous !  

La curiosité n’est pas un vilain défaut. Je crois qu’elle amène même des changements positifs dans sa vie. Être curieux c’est avoir envie de découvrir de nouvelles choses, c’est aussi échanger avec des personnes qui en savent plus que nous. C’est être ouvert. Bref, c’est apprendre, grandir, mûrir… et surtout s’éveiller !

Comment faire pour sortir de sa zone de confort ?

Il faut tout d’abord ne pas se soucier de ce que pensent les autres. Les gens cristallisent souvent leurs propres peurs sur les notres, avoir envie de satisfaire tout le monde nous empêche d’avancer. Nos choix personnels ne regardent que nous. Sachez être votre propre juge… et coach !

Ne pas avoir peur de l’inconnu ! Une porte se ferme, une autre s’ouvre. Sortir de sa routine c’est excitant et terrifiant à la fois ! Il faut oublier ses peurs et se concentrer sur ses objectifs plutôt que sur les obstacles que nous pourrions rencontrer.

Accepter l’échec et apprendre de ce dernier. Quand on quitte sa zone de confort, on ne peut pas toujours faire les bons choix ni maitriser toutes les situations. Oui, les échecs feront partie de nos bagages, il faudra savoir les accueillir comme des cadeaux que nous fait la vie. Grâce aux échecs, on connait nos limites, on en apprend plus sur notre personnalité et sur celle des autres.

Et vous, arrivez-vous à vous aventurer hors des sentiers battus ? Qu’est-ce que vous éprouvez quand vous quittez votre zone de confort ?

wherethemagichappens

Pour en savoir plus :

Vidéo Inknowation, Zone de confort, osez en sortir !

Site « Heureux dans sa vie », La zone de confort

Nicolas Pene, Zone de confort, comment en sortir et quelles sont vos limites

25 Responses to "Sortir de sa zone de confort…"

Add Comment
  1. Lou

    9 juillet 2014 at 3 h 06 min

    Bonjour,

    Ca fait deja un petit moment que je suis ton blog, et pour une fois je sors de mon anonyma pour participer car je suis ENTIERREMENT DACCORD avec toi et ton article.
    Trop de personnes ont peur de regarder plus loin que le bout de leur nez, sait on jamais, elles pourraient trouver quelque chose qui changerait leur vie..
    J’ai moi aussi vecu cette experience, j’ai arrete mes etudes pour partir en tour d’Asie a sac a dos, en faisant des etudes par correspondance: on m’a dit que j’etais folle, que ca ne marcherai jamais, etc. Bref tout le monde m’a dit ‘mais pourquoi?!’ Comme si mon choix etait incense. C’est vrai, quel interet de decouvrir des pays, des langues, des cultures, des peuples inconnus (et jen passe)?!
    Mais grace a ce choix j’ai visite de nombreux pays d’asie, je me suis arretee pour travailler en Australie, j’ai fait du trek sur l’hymalaya, j’ai trouve du travail en thailande, je suis en pleine transition alimentaire et j’ai passe mon diplome de fin d’etude. Et je rechange de pays dans un mois. Alors j’estime que mon changement a grandement change ma vie et en bien !
    Je pense qu’il ne fait pas rentrer dans ce ‘confort’, la routine tue la curiosite …
    Donc je te suis : OSEZ sortir de votre confort, vous avez tout a y gagner.

    Bonne continuation 🙂

    Répondre
    • Marie-France

      9 juillet 2014 at 12 h 37 min

      Wahou Lou, c’est extraordinaire ce parcours, bravo ! Ça mériterait un blog ces aventures 😉

      Répondre
  2. Chauncey

    9 juillet 2014 at 10 h 36 min

    Bonjour !

    Je trouve ton article très juste et intéressant, il fait écho à beaucoup de questionnements intérieurs qui me préoccupent actuellement. J’aime particulièrement la vidéo que tu as mise dans les liens, elle est très pédagogique et bien faite, agréable à regarder et à écouter.

    Répondre
  3. Louise

    9 juillet 2014 at 12 h 07 min

    Il est évident qu’avoir une vie saine (du sport, une alimentation équilibrée…) favorise une « bonne santé ». Mais aucune étude n’a pu mettre en évidence, jusqu’à présent, le lien entre alimentation et cancer. La grande vogue actuelle du courant de la « pensée positive » (et dérivés) voudrait que l’alimentation soit le remède à tous nos problèmes mais ce n’est pas le cas.
    De plus, pourquoi vouloir « convertir » (c’est vraiment le mot qui convient le mieux ici) les autres à ta façon de te nourrir (que je trouve personnellement assez extrême) ? Il a plusieurs mois, j’appréciais les idées que tu partageais sur ton blog, mais plus les semaines passent et plus j’ai l’impression que tu assènes maintenant ces mêmes idées comme si c’étaient les seules valables, comme si TOI tu détenais la solution, comme si TU étais meilleure que tous les autres et je trouve cela bien dommage.
    Bonne continuation malgré tout.

    Répondre
    • Marie-France

      9 juillet 2014 at 12 h 54 min

      Chère Louise,
      Merci pour ton commentaire.
      Tout d’abord, de nombreuses études ont mis en relation le mode d’alimentation et les cancers. Je te conseille la lecture du « Rapport Campbell », la plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition.
      Ensuite, ce que je reproche aux deux amies dont je parle ici, c’est de ne pas être curieuses (pour s’informer d’avantage, regarder des vidéos, et découvrir d’autres points de vue !) sachant qu’elles sont toutes les deux « en situation d’urgence ».
      Je ne détiens pas la vérité, par contre, je m’informe beaucoup, lis énormément et applique sur moi-même les méthodes auxquelles je crois. J’en sais beaucoup plus que la plupart des gens sur les questions de nutrition car c’est un sujet qui me passionne. Je vois les effets carrément positif que ça a sur moi et sur tous les gens qui sont passés en mode cru (à 70 % comme à 100 %), aussi, j’ai envie de partager mes sensations, impressions et si je peux « convertir » (aider serait un terme plus approprié) comme tu dis des gens, j’en serai très heureuse car ça ne peut qu’apporter que du positif dans leurs vies si c’est fait de manière raisonnée (accompagnée aussi). En plus, je n’ai rien à y gagner, ni rien à vendre. Je passe des heures sur ce blog pour écrire des articles, partager, informer, éveiller les consciences et je ne suis pas rénumérée pour cela. Ma démarche est donc une démarche de partage, j’essaie de semer des petites graines de changement positif.
      Je ne critique pas les personnes qui mangent de la viande, se nourrissent différemment, c’est le cas de la grande majorité des mes amis. Je suis respectueuse des choix des autres. Mais il est normal quand on est heureux de vouloir partager nos secrets de bonheur et bien-être avec les gens qui nous entourent. Mon blog est ma plateforme de liberté, si mon discours et ma démarche te dérangent, tu es libre de ne plus te connecter sur ma page. Ce ne sont pas les blogs qui manquent et je ne cherche pas à plaire à tout le monde 😉

      Répondre
  4. Claire

    9 juillet 2014 at 14 h 11 min

    Bonjour,
    J’ai découvert ton blog il y a quelques semaines, et je t’en remercie, je me retrouve dans beaucoup de tes posts, et tes interrogations me parlent.
    Je suis végétarienne depuis quelques années, donc sensibilisée à ces questions, et aujourd’hui je me pose de plus en plus de questions sur ‘l’alimentation vivante ». est ce pour moi? j’ai bien sur découvert Irène Grosjean sur Internet, mais j’aimerai beaucoup aller plus loin sur cette piste, via notamment une naturopathe? pourrais tu éventuellement me donner les coordonnées en privé, de la naturopathe qui t’a accompagné? ou si tu en connais à Paris? Merci d’avance, et merci encore pour le partage de tes réflexions. bonne journée

    Répondre
    • Marie-France

      9 juillet 2014 at 14 h 15 min

      Bonjour Claire ! Ma naturopathe s’appelle Maia Rey, voici son site avec ses coordonnées, elle peut faire ses entretiens via skype ou téléphone : http://maiarey.com/

      Répondre
  5. Planet Addict

    9 juillet 2014 at 19 h 20 min

    Je suis à 200% d’accord avec toi! Sortir des sentiers battus pour un éternel apprentissage!
    Pour réussir et atteindre ses rêves, il faut accepter de sauter dans l’inconnu et de faire des erreurs.
    Bravo pour ton exploit de boxeuse d’ailleurs! 😉

    Pour ma part, c’est vraiment le voyage qui m’aura appris ce que c’était que sortir de sa zone de confort. Perdre ses repères, se fier à son instinct, sortir du moule, accepter de faire les choses différemment.
    D’ailleurs j’ai écrit un article à ce sujet il y a quelques semaines si ça t’intéresse (http://planetaddict.com/monter-dans-lavion-zone-de-confort/) 🙂

    Depuis, je ne cesse de chercher à accomplir et apprendre de nouvelles choses, dans l’alimentation par exemple, comme toi.
    Continue de découvrir de nouvelles choses (et de nous les faire partager 😉 )

    Emma

    Répondre
    • Marie-France

      9 juillet 2014 at 20 h 16 min

      Merci pour le lien, excellent article que j’ai donc complété avec mon post de ce jour 😉 J’adore au passage la photo de toi au sommet d’une montagne avec le singe à côté.

      Répondre
  6. Marie

    9 juillet 2014 at 22 h 07 min

    Bonsoir,

    J’apprécie tes articles car justement j’ai toujours ressenti en eux une volonté de partage et non une volonté de convertir qui que ce soit.
    J’aime découvrir de nouvelles pistes sur le bien vivre, je suis persuadée qu’il faut sortir des sentiers battus, être curieux, s’informer pour se désinformer….
    Bref. Je me questionne sur notre nourriture, notre environnement…
    La nourriture vivante, le bio, le cru, les bains dérivatifs, le shiatsu.. Toutes les medecines douces, les huiles essentielles…. Bref tout ce qui pourrait paraitre hurluberlu-bizarre …. Mais qui sont j’en suis de plus en plus persuadée, des manières de vivre plus simples et plus proches de la nature et donc de notre nature humaine.
    Ce qui me pose probleme en revanche c’est la mise en place de tels changements à long termes pour moi et ma famille, comment sortir des sentiers battus, comment opérer ce changement. C’est très difficile de lutter pour sortir de sa zone de confort meme quand on le souhaite… C’est contradictoire mais je suis sure que tu vois de quoi je veux parler…!!
    J’habite en ville, notre rythme est soutenu, c’est un peu metro boulot dodo. Donc pas facile d’introduire du slow food, du cru, du frais….
    Mais j’y travaille ! Et je ne me sens pas  » en faute » de servir des yaourt ou un steack haché à mes enfants. Je sais que je veux changer des choses, et j’y arriverai petit à petit, mais je ne me sens pas jugée par tes posts, bien au contraire. Ca me donne la peche pour continuer, me rendre compte qu’on peut y arriver 😉

    Continue, bravo en tout cas, je suis admirative 😉
    Et je suis heureuse de decouvrir de nouvelles choses grace à tob blog !

    Bien à toi, et à toutes tes lectrices.
    Marie.

    Répondre
  7. Ingrid

    10 juillet 2014 at 6 h 20 min

    Merci pour ce bel article!
    Sortir de sa zone de confort, ce n’est effectivement pas facilement! Bizarrement , pour l’alimentation, ça ne m’a pas semblé très difficile, je suis très curieuse et je suis malade depuis petite, donc améliorer ma santé par la nourriture(mais pas uniquement) m’a semblé évident. Je lis beaucoup, m’informe et tout ce que j’ai pu apprendre m’a poussé vers l’alimentation vivante. Ce qui est difficile, c’est l’impact sur son entourage, sur les relations sociales, manger vivant, c’est loin d’être facile dès qu’on sort, qu’on va au resto, qu’on est invité. Et c’est la pression sociale qui pousse les gens à rester dans ce que tu appelles la zone de confort mais parfois on peut y être très mal dans cette zone de confort.
    Personnellement, je suis confrontée à ce pb par rapport à ma vie professionnelle, je ne m’y épanouie pas du tout, au contraire, ce travail me fait beaucoup de mal, vouloir faire des chiffres avec de l’humain, ça ne me correspond pas du tout. Depuis que j’y suis, je décline et je n’exagère pas, je n’ai jamais été aussi malade et il y a un lien, confirmé d’ailleurs par mon thérapeute. il m’aide à prendre du recul mais je suis quelqu’un d’entière, de passionnée et je n’y arrive pas.
    Par contre, j’ai trois enfants, je suis divorcée et comme tout le monde, je dois assurer financièrement le quotidien et leur avenir. Donc je ne quitte pas ce travail. Pourtant j’y pense tous les jours, je réfléchis à une reconversion , à postuler ailleurs, à changer d’orientation mais les risques matériels me freinent complétement.
    Je reste dans ma zone de confort mais j’y suis très mal.

    Répondre
  8. Tally

    10 juillet 2014 at 10 h 11 min

    Merci , merci , MERCI !!!!
    J’avais mis un petit message sur votre post de Sylvain Tesson , mais là je trépigne encore en lisant ce dernier sujet ! Je suis végétarienne depuis plus de 10 ans , naturopathe depuis peu , en formation de sophrologie . J’ai quitté Paris pour m’installer en Bretagne ( je suis née dans le Sud , ai vécu dans les Ardennes , en Normandie , et surtout en Angleterre où ils portent un regard plus positifs face à la comfort zone … ) .
    J’apprends tous les jours , j’essaie de dompter mes peurs à chaque nouvelle aventure , ce n’est pas toujours ce que j’attendais mais je me suis aperçue que chaque surprise (même les + douloureuses ) laissait une trace en moi à laquelle je tenais , cela fait partie de la vie que je m’invente , que je construis comme un petit artisan ; le plus loin des idées actuelles décrites par les médias ou qui sont « tendances » , mais sans le vouloir ou avec une quelconque idée de révolte ( quoi que , parfois !!!! ) cela se fait tout seul , naturellement .
    Comme vous , je me cogne contre certains murs que cela soit avec des patients ou des proches , on a tellement envie de partager quand on découvre un nouvel outil ( l’alimentation est un outil magique ! tout comme certaines techniques respiratoires , certains changement de rythmes de vie etc … ) mais quand cela commence à devenir trop lourd pour moi , je me dis :  » tu fais ta part  » , nous sommes tous responsables , informe mais laisse l’Autre responsable ( bon d’accord je garde en + un oeil bienveillant sur lui , de loin ! ) . Oui , c’est très difficile de parfois se sentir inutile …
    Bref , tout ça pour vous dire Merci de parler de crudessence , d’Iréne Grosjean mais aussi de travaux d’aménagement en accord avec notre planète , de nos petits poilus en mode bio ( notre chienne mange des croquettes Nestor , avec une cuillère à soupe d’huile d’olive un soir sur 2 et une cuillère à soupe de nos légumes ou soupe du soir . Elle est soignée par un vétérinaire -ostéopathe car elle a été paralysée de l’arrière train pendant des mois et a eu une intervention à la colonne vertébrale : elle rentre ds le cabinet toute tordue et ressort toute droite en sentant bon les HE !!! ) . Quand au lapin , 8 ans en pleine forme avec sa carotte & sa pomme bio !
    Etc ….
    Je suis toujours heureuse de lire un de vos articles car j’y apprends des choses , cela pousse un peu plus loin ma réflexion & que tout cela puisse circuler en toute liberté , gratuitement , que chacun puisse y avoir accès ; c’est un CADEAU ………
    MERCI
    xxx Tally

    Répondre
  9. vanessa

    10 juillet 2014 at 11 h 14 min

    Hello!
    Bel article!!
    Je me reconnais dans ce que tu écris…je suis sortie de ma zone de confort …à 19 ans en allant faire mon stage de 2 mois en ..TURQUIE ( dans une fabrique de tissus)!! La Turquie, le pays qui m’a changé!!
    Alors quand tu parles de la Turquie..ça me fait un « truc »!! et j’ai envie de ressortir de ma zone de confort parce que c’est tellement stimulant!!
    Merci pour tes articles toujours super boostants!

    Répondre
  10. SUCCESS-Collection

    10 juillet 2014 at 14 h 36 min

    C’est beau de voir que les auteurs de certains commentaires ont vraiment pu s’aventurer dans l’inconnu et oser faire l’impensable (tel que cela est vu pour de nombreuses personnes). Bien joué 😉

    Répondre
  11. Cat

    13 juillet 2014 at 19 h 38 min

    J’ai de gros problèmes d’acidité.
    Puis-je te contacter en privé au sujet de ta naturopathe car je ne sais plus vers qui me tourner, mon état de santé s’aggravant depuis quelques mois
    Merci d’avance
    Cat

    Répondre
  12. Morgane

    15 juillet 2014 at 2 h 20 min

    Bonjour Marie-France,

    Je voudrais rebondir sur le commentaire de Louise.

    D’une part, Louise, je pense qu’on ne peut pas reprocher à une personne de faire part de ses expériences (surtout quand elles s’avèrent positives et concluantes!) si cela peut en aider d’autres.
    J’admire le mode de vie de Marie-France, sa curiosité et son dynamisme. Quand je lis ses articles, je ne considère pas que c’est LE modèle à suivre. Je ne pense pas que c’est un gourou qui veut dicter « la bonne voie », et que si l’on ne suit pas cette voie, on est dans le noir, que c’est « mal ». Personnellement je ne suis pas végétarienne (mais presque), je ne mange pas cru à chaque repas, je suis pas au top concernant les cosmétiques/vêtements bio etc… il faut pas se mettre de pression ! Pourquoi toujours se comparer aux autres ? Si Marie-France y arrive c’est super, on est pas toute obligées de faire comme elle, à la même échelle. Ne serait-ce que de s’informer c’est déjà un grand pas.

    Ensuite, j’ai été très surprise de lire qu’ « aucune étude n’a pu mettre en évidence, jusqu’à présent, le lien entre alimentation et cancer ». Au contraire, l’encore coule de plus en plus en ce qui concerne le lien entre notre alimentation et notre santé. Alors oui, c’est très peu relayé par les médias. Pourquoi ? Pas parce que ce sont des études douteuses, mais plutôt parce que les herbes/légumes/fruits coûtent trois fois rien et qu’ils sont à la portée de qui veut bien se pencher pour en ramasser. Or les compléments alimentaires, les pseudo-vitamines qui n’ont en fait aucune ‘force de vie’ cf [cristallisation sensible pour les intéressés] ne peuvent être élaborés qu’en laboratoire et pas dans nos cuisines. Peu d’argent est donc mis dans la recherche des vertus des plantes/fruits/légumes car ça ne rapporterait rien aux grandes entreprises pharmaceutiques !

    Marie-France, ton article était encore bien intéressant. J’ai ma façon d’apporter le sujet, de faire changer les mentalités/habitudes sans passer pour une « réac » ou « l’écolo qui saoule ».
    Je vais prendre l’exemple mon compagnon qui est un chef, spécialisé dans la cuisine bourguignonne. Alors les plats en sauces et les longues cuissons, c’est son dada. Issu d’une famille riche, il a été très habitué à son petit confort. (clim dans la chambre, se changer tous les jours, faire des grosses courses et en jeter un bon tiers une semaine après, laisser couler l’eau sans remord etc). Eh bien j’ai quand même réussi à éveiller en lui une conscience écologique et un intérêt pour l’alimentation bio !
    Par exemple, l’autre soir je lui ai servi la recette de salade crue thai (que tu as posté il y a quelques jours), sans rien dire, sans spécifier que c’était cru ou quoi que ce soit. Il l’a trouvée super bonne, et ce n’est qu’après que j’ai glissé le fait que comme c’était entièrement cru on bénéficiait de toutes les bonnes choses blablabla.
    L’air de rien, je lui lis de temps en temps des articles le soir sur les bienfaits de tel ou tel légumes/huiles essentielles. Il a aussi vu par ses propres yeux que j’ai soigné une infection d’un ongle à l’HE de tea tree qui m’a coûté 9 dollars, alors que le traitement que voulait me coller la pharmacienne en coûtait 60 et était vraiment chimique !
    Aussi, nous sommes dans le monde du vin, et il voit mon intérêt pour la biodynamie. Par lui même il sent que ces vins là sont plus « vivants ». L’autre soir, je l’ai aperçu en train de bouquiner secrètement le livre de Nicolas Joly « le vin du ciel à la terre » qui traînait sur ma table de chevet 🙂
    Petit à petit je l’éveil et cela sans lui faire peur avec de grands discours moralisateurs.

    Il faut savoir amener ces sujets là en douceur, les gens ne doivent pas prendre peur, tout est une question de tact. Après, s’ils restent campés sur leurs positions, ne veulent pas abandonner leur petit confort et habitudes, eh bien tant pi pour eux, on aura essayé !

    Je vis à Sydney,et ici je vois beaucoup de menus « raw food », avec des « superfood » ou sans gluten, des jus de légumes etc. Ici c’est une véritable mode, ou plutôt un « way of life ». Les belles australiennes ont un rythme de vie exemplaire (enfin sans vouloir généraliser bien sûr). Elles s’entretiennent en faisant beaucoup de jogging, yoga ou pilates, les cabinets de naturopathe ou de médecine chinoise fleurissent à chaque coin de rue, elles mangent très bien et très sains et les cafés/restaurants accompagnent cette tendance c’est génial ! Peut être que cette mode arrivera en France bientôt ?

    Répondre
  13. Pingback: Little Inspiring Tricks #1 | HappyMonde : le Joyeux Monde de Chauncey

  14. Michael

    25 décembre 2014 at 12 h 42 min

    Coucou !
    Je viens de découvrir cet article avec lequel je suis à 200% d’accord.
    Le point qui me semble le plus important dans ce que tu écris vient de la « peur de l’inconnu ». Il s’agit ici de vaincre ses peurs, c’est à mon avis le plus dur, mais aussi le plus gratifiant.
    J’ai écris un article qui je pense est complémentaire du tien sur http://traverserlafrontiere.com/zone-de-confort/
    J’aimerais bien avoir ton avis.

    Répondre
  15. Pingback: Tous mes voeux... de simplicité ! - Save the Green

  16. Céline

    7 janvier 2015 at 2 h 27 min

    Haaa que j’aime cet article, en plein dans le mille de ce que je vis en ce moment puisque je viens de quitter mon emploi principal pour m’ouvrir d’autres horizons…
    Merci Marie-France, tes mots m’interpellent encore une fois 😉

    Répondre
    • Marie-France

      7 janvier 2015 at 14 h 49 min

      De rien Céline… et bonne continuation 😉

      Répondre
  17. charlotte

    4 février 2015 at 22 h 48 min

    bonsoir je trouve votre site formidable, clair et très agréable à parcourir.
    Depuis quelques années j’ai évolué sur différents pans, le bio, la quête du zéro déchet, le locavore, essai de réduire drastiquement les protéines animales les plus polluantes, suppression des cosmétiques polluants et néfastes pour ma santé.
    Mon ancien compagnon ne me suivait pas du tout dans cette démarche, en bon chimiste et tête de mule breton par dessus le marché, il remettait toujours en cause par principe, notamment de limiter au maximum les « produits chimiques ». Après un bouleversement dans ma vie de couple, la découverte d’abord douloureuse et mal vécue de la solitude, j’ai énormément appris sur moi. Et justement cette zone de confort je m’efforce depuis lors à la laisser de côté.
    J’ai entrepris une formation pour me spécialiser dans un domaine de ma profession-vocation (infirmière), j’ai appris à lâcher prise, à ne pas chercher à tout contrôler, à accueillir et chérir les petits instants de bonheur, à toujours me souvenir la chance que j’ai d’avoir ma liberté, mon indépendance, d’être dans un magnifique pays (cocorico:) en paix, en sécurité, d’être en pleine capacité de mes moyens, éveillée au monde, aux gens qui m’entourent. Comme a chanté la poétesse Violeta Parra: Gracias a la vida que me ha dado tanto: merci à la vie qui m’a tant donné. Je me le répète quand mon ciel psychique s’assombrit, quand l’injustice, l’incompétence, la lourdeur institutionnelle de mon travail me pèse…travail dont je vais démissionner dans quelques mois pour rejoindre mon amour et dans quelques temps, vivre à 2 la déraisonnable envie de parentalité !
    Envie d’y croire, oui, nous sommes ici et maintenant !
    Merci encore pour votre voix, votre partage, vos belles pensées et réflexions !

    Répondre
    • Marie-France

      6 février 2015 at 10 h 35 min

      Merci Charlotte pour la sensibilité de votre témoignage. je vous souhaite une bonne chance pour la suite de vos projets !

      Répondre
  18. Pingback: Little Inspiring Tricks #1 | HappyMonde : le Joyeux Monde de Chauncey

  19. Pingback: Soupe crue aux poireaux et aux algues wakamé

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cheap Jerseys wholesale nfl jerseys wholesale nfl jerseys cheap oakleys cheap jerseys Cheap Jerseys fake oakleys fake ray ban sunglasses cheap gucci replica cheap oakleys cheap ray ban sunglasses fake oakleys replica oakleys fake cheap ray bans fake oakleys cheap gucci replica fake cheap ray ban sunglasses wholesale jerseys shop cheap fake watch sale replica oakleys replica gucci red bottom shoes cheap jerseys cheap oakleys fake oakleys cheap replica oakleys cheap replica oakleys fake oakleys replica oakleys cheap oakleys wholesale cheap oakleys outlet