Home » Beauté Bio » 5 conseils pour réduire votre exposition aux toxines durant votre grossesse
03
Nov

5 conseils pour réduire votre exposition aux toxines durant votre grossesse

L’annonce de ma première grossesse en 2008 est à l’origine de ma prise de conscience écologique. Avant cela, ma vie était fortement différente de celle d’aujourd’hui : j’exerçais un autre métier, je ne me posais pas trop de questions quant à mon mode de consommation et je vivais dans une des plus grandes villes du monde.

baby_nature

Je consommais déjà des produits bio mais il s’agissait essentiellement de produits alimentaires. En fait, le premier geste écolo anti-toxines que j’ai fait bien avant de tomber enceinte a été de trier tous les produits de ma salle de bains (maquillage, shampooing, gel douche, dentifrice), bref les produits cosmétiques. J’ai jeté tout ce qui n’était pas certifié bio et j’ai racheté petit à petit des produits certifiés, en essayant de réduire au minimum ces produits. Adieu masques de beauté, produits inutiles et vive les produits multi-usages (comme l’huile d’amande qui peut servir pour les ongles, la peau et les cheveux).

Plus tard, quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai fait attention au mobilier, au linge de bébé, aux jouets, à la peinture sur les murs, bref, à tout ce qui nous environnait, afin de limiter les pollutions en tout genre.

Nous vivons dans une société toxique pour notre santé. C’est un fait. Nourriture industrielle, pollution, stress et produits chimiques font partie de notre quotidien. A moins de vivre reclus dans un coin du monde où la nature est encore préservée de toute sorte de pollution, nous n’avons à priori aucune chance d’y échapper. Mais nous pouvons limiter les dégâts sur notre santé. (1)

reduire_toxines_grossesse

Pourquoi limiter l’exposition aux toxines durant sa grossesse ?

Notre organisme accumule, au cours de notre vie, des toxines endogènes (générées par nos cellules, comme les radicaux libres) et des toxines exogènes (venant de l’extérieur comme les pesticides présents dans les fruits et légumes que nous consommons). Tous ces déchets pénètrent dans notre sang et sont transmises à notre bébé via le cordon ombilical.

Ainsi, toutes les crèmes que vous vous appliquez sur votre peau durant votre grossesse, tous les aliments que vous avalez mais aussi l’air pollué que vous respirez vont être transmis à votre foetus in utero. GREENPEACE a d’ailleurs lancé une campagne il y a quelques années pour sensibiliser les femmes à ce sujet ainsi que les élus (3). Car, on retrouve en moyenne 200 substances toxiques dans un cordon ombilical d’un nouveau-né !

Ces produits chimiques et toxines peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves sur les enfants : augmentation des allergies, développement de certains cancers, bronchiolites, malformations congénitales, retard mental, asthme, eczéma… La liste est longue et on ne fait malheureusement pas souvent le rapprochement car certaines maladies se développent des années plus tard, quand notre bébé est devenu adolescent ou adulte.

Bref, il faut limiter au maximum son exposition aux toxines, surtout durant sa grossesse (et l’allaitement bien entendu) !

bebe_toxines_grossesse

5 conseils pour réduire votre exposition aux toxines durant votre grossesse

#1 : Mangez des produits bio, locaux et non transformés : Des fruits et des légumes en quantité, provenant d’une agriculture bio. C’est la garantie qu’ils soient cultivés sans pesticides. Pour cela, faites vos courses dans un magasin bio, adhérez à une AMAP ou repérez un maraîcher bio dans votre marché préféré. Faites la cuisine, c’est le meilleur moyen d’avoir des plats sains, sans sucre, sans sel, ni graisse ou additif alimentaire ! (Manger des produits bio venant de supermarché n’a pas de sens pour moi, on peut trouver de la junk food bio, sans qualité gustative ou nutritive… et les produits sont souvent suremballés comme les fruits ou les légumes).

# 2 : Passez au peigne fin tous vos cosmétiques : Eliminez les parabènes, les silicones, les produits à base de pétrole, les parfums synthèse… (4). Oubliez donc les vernis à ongles un moment (même les bio ont encore des produits chimiques), ainsi que les teintures de cheveux des grandes marques ou les parfums de luxe. Choisissez des produits certifiés bio (Labels Cosmébio, Ecocert, Nature & Progrès…), limitez le nombre de produits de beauté et n’oubliez pas d’essayer les cosmétiques maison (dentifrice, gommage maison)

# 3 : Dites bye bye aux produits chimiques : Pour le nettoyage de la maison, on oublie tout ce qui n’est pas labellisé bio, on revient aux grands classiques : huiles essentielles (pour parfumer et désinfecter, attention certaines sont à utiliser avec précaution les premiers mois de grossesse), vinaigre blanc ou encore bicarbonate. Testez le nettoyant écologique multi-usages pour nettoyer votre plan de travail, les WC ou la salle de bains. Si vous devez effectuer des travaux chez vous, attention aux colles, à certaines peintures ou vernis. Choisissez des matérieux écologiques, des peintures naturelles à base de caséine. Ces conseils s’appliquent aussi sur votre lieu de travail. Attention si vous devez manier des produits toxiques / chimiques durant votre grossesse, il existe des lois pour vous protéger, renseignez-vous ! Bien entendu, oubliez aussi la cigarette, très nocive pour vous et votre bébé, même chose pour la cigarette électronique.

# 4 : Achetez écologique, éthique ou d’occasion ! Vêtements de grossesse, manteau, chaussures : Les produits chimiques sont nombreux dans nos vêtements neufs et accessoires. Il faut plusieurs lavages pour les éliminer… Aussi, mieux vaut acheter vos vêtements de seconde main, vous ferez des économies tout en limitant les toxines qui pourront pénétrer dans votre corps via votre épiderme. Les vêtements éthiques et écologiques n’utilisent pas de teintures toxiques par exemple, c’est donc une valeur sûre si vous tenez à acheter des articles neufs. Même constatation pour les meubles (chambre de bébé par exemple), colles, vernis, COV : La majorité des meubles en bois aggloméré contiennent des substances fortement déconseillées pour les enfants ! Un meuble d’occasion permet de limiter les dégats, pensez donc à arpenter les brocantes, les vide-greniers, les ressourceries ou les sites spécialisés comme le bon coin.

# 5 : Oxygénez-vous ! Particules fines, pollution, pesticides… L’air que nous respirons chaque jour n’est pas forcément pur, surtout si l’on habite dans une grande ville. De plus, nous n’utilisons en moyenne que 25 % de notre capacité respiratoire. Pourtant, notre corps a besoin d’oxygène (de qualité), c’est un élément essentiel pour notre survie… Promenez-vous aussi souvent que possible dans la forêt, ou dans un parc arboré, cela vous permettra de vous sentir moins stressée, mais aussi d’améliorer vos fonctions immunitaires (5). Et, chose très importante, une seule marche en forêt permet le passage du PH urinaire de 5 (PH très acide) à 7 (PH normal) (6). En naturopathie, les poumons sont considérés comme un émonctoire important pour libérer certaines toxines, donc oxygénez-vous un maximum durant votre grossesse et évitez la sédentarité !

femme_enceinte

Sources

(1) GILLES LARTIGEOT, Eat : Chronique d’un fauve dans la jungle alimentaire, Editions Wibterfields, 2014, P. 7

(2) Article Green & Vert, Les bébés naissent contaminés par les produits chimiques, Juin 2006

(3) Campagne GREENPEACE, Toxines en héritage, Les bébés pollués via le cordon ombilical, Nov. 2005

(4) Fondation DAVID SUZUKI, Les 12 ingrédients à éviter dans les produits de beauté

(5) Article Consoglobe, La sylvothérapie, quand la forêt pousse notre santé, janv. 2014.

(6) CHRISTOPHE VASEY, L’équilibre acido-basique, Editions Jouvence Santé, P.68.

15 Responses to "5 conseils pour réduire votre exposition aux toxines durant votre grossesse"

Add Comment
  1. AnA

    3 novembre 2014 at 22 h 26 min

    Ton article m’intéresse beaucoup et me touche d’autant plus que j’ai suivi la même démarche, à ceci près que j’ai commencé par la nourriture et j’ai plus de mal à abandonner la cosmétique chimique (sauf pendant ma grossesse où je ne mettais plus rien, ayant peur aussi des effets des huiles essentielles)

    Répondre
  2. poupougnette

    4 novembre 2014 at 11 h 01 min

    je me retrouve complètement dans ton article! Je consommais bio et j’avais déjà fait du tri dans mes cosmétiques avant ma grossesse, mais ça s’est amplifié quand le test fut positif. Maintenant je suis encore plus exigeante maintenant que Minipuce est là! tu as raison, limitons les dégâts!! 😉

    Répondre
  3. oOlution

    4 novembre 2014 at 15 h 52 min

    Un super article plein de bons conseils pour éviter les toxines du quotidien ! Après tout, on peut même appliquer ces précautions sans être enceinte, c’est une meilleure santé garantie 😉
    Merci pour cet article !
    Pour y voir plus clair dans le choix des labels bio qui certifient vos cosmétiques, on vous invite à consulter le GRAND tableau comparatif mis à disposition sur notre site : http://www.oolution.com/bloog/blog/2014/04/30/comparatif-labels-bio-en-cosmetiques/

    Répondre
  4. clémentine

    4 novembre 2014 at 20 h 44 min

    Très intéressant ton article, et les photos sont superbes !
    C’est très souvent je crois que le virage écologique est amorcé ou accentué par l’arrivé d’un bébé. C’est assez logique finalement : on cherche le mieux pour lui 🙂
    Merci aussi pour ces sources précises que tu cites.

    Répondre
    • jomaillefert

      13 novembre 2014 at 15 h 31 min

      hihi com on se retrouve!!! 🙂 toujours aux mêmes endroits finalement!! (surtout qd il s’agit de bébés!! c qd mm dingue qu’on n’arrive pas à se voir plus, ds la vraie vie…. -_-
      bisous

      Répondre
  5. cristal

    6 novembre 2014 at 23 h 17 min

    J’ai connu le même parcours même si mon engagement écologique était déjà bien présent il n’a fait que se renforcer avec l’arrivée de deux bébé successifs, je ne sais pas si ça joue mais en tout cas mes filles depuis leur naissance sont en pleines formes et n’ont encore jamais eu de rhume!!
    les photos sont très jolies 😉
    bises

    Répondre
  6. Mademoiselle M

    13 novembre 2014 at 13 h 52 min

    Un peu extrême ! Bien sûre qu’il faut s’alimenter et s’entourer de produits ‘vivants’ mais déjà au niveau du porte feuille cela balance pas mal et surtout tout cela demande du temps (AMAP aller chercher le panier, trouver les bons produits, les vêtements qui coûtent le triple …) Bref, je ne peux que saluer la démarche mais comme d’habitude : encore des remarques pour une tranche de la population ! Bref, un peu de lieux communs …

    Répondre
    • Marie-France

      14 novembre 2014 at 11 h 18 min

      Qui veut changer trouve les moyens… qui ne veut pas trouve des excuses ! Pour récupérer des paniers dans une AMAP, on peut toujours s’arranger avec d’autres membres. C’est ce que je fais moi-même en apportant les paniers à des voisins. Ça leur prend moins de temps que d’aller au supermarché… Ensuite, en quoi est-ce extrême d’arrêter les produits toxiques chez soi ? C’est tout de même plus facile (et économique) de se passer de produits de cosmétiques inutiles (créme de nuit, vernis pour les ongles, lessive toxique) par des alternatifs bio : le savon de Marseille par exemple. Les forêts et parcs sont gratuits, et les fringues en vide-greniers (le dimanche) coûtent moins chers que les vêtements de kiabi ! Je ne crois pas que mes conseils ne concernent qu’une partie de la population. Au contraire, c’est applicable à de nombreuses familles, pas juste aux bobos ou CSP+ Tout est une question de priorités et de valeurs…

      Répondre
      • Louise

        26 janvier 2015 at 23 h 00 min

        Tout à fait d’accord avec vous Marie-France.

        J’entends beaucoup que les produits bio coûtent cher… Pas plus cher que d’aller chez MacDo, Carrefour et compagnie je m’en rends compte grâce au virage que j’ai pris.

        Au démarrage, le fait de remplacer nos habitudes, de trier et donc de racheter génère un surcoût oui (racheter une poele en céramique, changer de crème pour le visage, des tuperware en verre, faire du tri dans les vêtements…) mais après c’est un fonctionnement à adopter.

        Aller dans une Amap permet de ne pas payer le prix fort. C’est contraignant? Oui car on y va toujours sur un créneau de 2h un jour par semaine.
        MAIS on s’organise avec les autres adhérents pour se relayer comme vous le dites.
        Et le panier est tout à fait conséquent pour un prix raisonnable.
        Pour information, je paie par exemple mes oeufs de l’Amap moins cher que les oeufs bio de grande surface en sous marque (oeufs bio Auchan par exemple).
        Après on peut aussi faire quelques choix. Moins de paquets de gâteaux et plus de légumes bio?

        En fait, choisir ça implique nécessairement d’être riche??? Triste vision du monde.
        On peut agir, changer, à son niveau, faire des choix en conscience.
        Je travaille dans le social, des gens aux revenus très faibles j’en vois un certain nombre et les enfants me parlent beaucoup des fast food, seule référence alimentaire. Du brocolis bio, des carottes râpées maison, un oeuf, ça coûte moins cher!

        C’est tout ce système qui génère des « la bio c’est pour les riches », en attendant on marche main dans la main avec des grands groupes et on paie des yachts à des millionnaires. Donc qui cautionne un système de « riches »?!

        Répondre
        • Marie-France

          27 janvier 2015 at 9 h 15 min

          Merci Louise pour votre témoignage ! Ça fait du bien d’entendre cela. Je me sens un peu moins seule 😉

          Répondre
  7. Louise

    27 janvier 2015 at 22 h 10 min

    Je trouve qu’il faudrait faire un article spécial sur le sujet.

    Par exemple, expliquer ce qu’implique « choisir »

    Je me lance.

    – la pâte à tartiner bio, c’est pour les riches. C’est un fait, ça coûte la peau des fesses (des fesses bio de surcroît donc le prix grimpe :D). De ce fait, il n’y a pas un pot de nutella dans le placard tous les 4 matins. La pâte à tartiner bioderiche, ce sera uniquement pour les vacances!

    – les légumes. 10 euros/semaine. Par exemple, j’ai une belle salade, des betteraves, des carottes, des pommes d’or, des pommes de terre, des poireaux et du céleri…de quoi faire plusieurs repas. De surcroit je prends des pommes bio et locales à 3 euros le kilo x2 (4 euros en biocoop). Six oeufs pour environ 1euro80. Et le pain 4 euros (on le coupe en trois et on le congèle. On en a pour 4/5 jours voire la semaine. Nous sommes 6 à la maison).
    Du chevre selon la saison, le luxe certes mais très bon. 9 euros les deux.
    Semaine = grosso modo 30 euros. Soit 120€/mois.
    Ca coute combien un seul repas pour 6 chez Macdo? 40€?

    – bien sûr à tout cela il faut ajouter d’autres courses en biocoop. Et ça varie selon les semaines.

    Base: des pates, riz, lentilles, pois chiches, lentilles corail, lait demi écrémé, fruits, yaourts natures, du lait infantile en boîte, des petits pots bébé, un peu de fromage type camembert, du beurre, des briquettes de crème de soja pour cuisiner, des tartines pour le petit dej, quelques gateaux, du tofu.

    Les p’tits plus- pas toutes les semaines- en alternance:
    jus en briquettes pour le goûter d’école, chocolat à cuire, céréales pour enfants, muesli, miso, gomasio, amandes,
    Graines diverses, gruyère/parmesan, sauce tomate (hors saison), laits végétaux, yaourts soja au chocolat, huiles diverses (sesame, olive, noisette), vinaigre d’alcool ménager, produit vaisselle, bicarbonate, paillettes de savon de Marseille, cotons tige, shampooing douche, dentifrice, papier toilette, mouchoirs, jambon, petites bouchées méditerranéennes au rayon frais.

    Exceptionnel – le soyons fous – les produits cosmétiques (choisis selon les prix. Autant dire que Dr Hauschka ne me voit pas souvent. C’est plutôt Lavera, Marilou bio et Melvita), les huiles essentielles, les fruits exotiques (mangue), les tartinades, les produits de la mer (on ne coûte pas cher en Croustibat…), les produits plaisir type livres, pots en verre, objets pour bébé, le gel d’aloe vera.

    La viande une fois par mois: soit du boeuf à la Ruche, soit un colis de porc à la biocoop. On congèle et on cuisine quand on invite quelqu’un (rôti de porc par exemple). Le truc très mal c’est le poulet non bio du marché pour lequel on signe encore de temps en temps!

    Il y a aussi les couches pour 2 enfants en bas âge. Des couches naty. Environ 75€/mois pour les deux.

    Je n’achète plus grand chose en dehors des magasins bio. Je n’arrive plus à cautionner les fringues du Bangladesh, j’en ai assez d’acheter des trucs inutiles en plastique etc…Donc moins d’achats de vêtements, de cosmétiques, de restos rapides, de livraisons de pizzas, de produits d’entretien……………..

    Plus de simplicité. Des produits plus chers. Moins de produits.
    L’assurance que les personnes qui travaillent pour produire ces produits sont rémunérés correctement. Les droits de l’homme. La santé. La planète. Un choix résolument politique et éthique. Une réflexion, des recherches, du temps consacré, de la curiosité, des choix. Ce n’est pas la bonne parole, le bon modèle, la perfection. Ca fait un bien fou de vivre cette liberté. La liberté de donner son argent à de petites exploitations plutôt qu’aux directeurs de Leclerc pour se payer une villa sur la côte.

    Répondre
    • Patata

      18 février 2016 at 17 h 08 min

      Je suis toujours ravie de lire ou entendre des personnes qui ont fait le choix d’un mode de vie différent, plus éthique, plus écologique et souvent plus simple.
      Parce que oui, passer d’une consommation « conventionnelle » à une consommation « bio et éthique », ça peut réellement coûter plus cher, si on ne revoit pas son mode de vie. Si on veut continuer à acheter des vêtements tous les mois, à manger Mac Do ou Domino’s Pizza régulièrement, à acheter des produits transformés tout prêts, en version bio, on va vite se ruiner.
      Changer de mode de consommation passe nécessairement par la simplification et le retour aux sources. Il va falloir réfléchir à deux fois avant d’acheter un nouveau vêtement (en ai-je réellement besoin ? va-t-il avec plusieurs tenues ?), il va falloir passer un peu plus de temps à cuisiner, limiter les activités trop coûteuses, faire plus attention à ses affaires, chercher à réparer ou donner une seconde vie à certains objets…
      Mais pour avoir fait ce choix depuis maintenant 2 ans, qu’est-ce que ça fait du bien ! Certains disent qu’ils ne veulent pas perdre leur liberté… mais c’est tout le contraire ! On gagne sa liberté ! Dans le système actuel, on est prisonnier de la croissance et de la consommation… Achète le dernier I Phone, tu seras plus heureux… Ah bon ? Qui est réellement heureux aujourd’hui ? On n’a jamais eu autant accès aux biens matériels que dans notre société… Même les moins riches ont la télé, un portable, des vêtements par centaines, une voiture… Pourtant la société est en crise, les hommes sont malheureux. Retrouver une forme de simplicité dans sa vie, se recentrer sur « l’humain » et sur les vraies priorités de la vie (échanger, partager, nourrir ses proches et se nourrir, protéger la Nature qui nous apporte tant…) ça, ça rend heureux. Et ça ne coûte rien.

      Répondre
      • Marie-France

        19 février 2016 at 21 h 38 min

        100% d’accord ! Merci pour ce beau témoignage Patata

        Répondre
  8. Guillaume

    16 septembre 2015 at 10 h 53 min

    Merci pour cette analyse et ces rappels importants. Pour l’avoir vu il y a quelques semaines, je rajouterais bien dans la thématique « air intérieur » : éviter de brûler des encens

    Répondre
  9. Pingback: Santé des enfants et environnement : les meilleures astuces de blogueurs français

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cheap Jerseys wholesale nfl jerseys wholesale nfl jerseys cheap oakleys cheap jerseys Cheap Jerseys fake oakleys fake ray ban sunglasses cheap gucci replica cheap oakleys cheap ray ban sunglasses fake oakleys replica oakleys fake cheap ray bans fake oakleys cheap gucci replica fake cheap ray ban sunglasses wholesale jerseys shop cheap fake watch sale replica oakleys replica gucci red bottom shoes cheap jerseys cheap oakleys fake oakleys cheap replica oakleys cheap replica oakleys fake oakleys replica oakleys cheap oakleys wholesale cheap oakleys outlet