Home » Changer & agir » 10 conseils pour élever un enfant végétarien
31
Août

10 conseils pour élever un enfant végétarien

Que ce soit pour des raisons de santé, d’éthique ou pour des raisons environnementales, le végétarisme compte de plus en plus d’adeptes en France. Même si la plupart des familles consomment encore des protéines animales, on remarque que la consommation de viande baisse de façon considérable. D’ailleurs, on assiste depuis quelques années à la montée d’un nouveau genre « les fléxitariens », des personnes qui ne consomment de la viande que très rarement (quand ils sont invités chez des amis par exemple).

Simandre_9

De notre côté, nous aurions du mal à nous faire rentrer dans une case (et c’est tant mieux !), mon mari et moi ne consommons plus de viande ni de poisson, que ce soit chez nous ou à l’extérieur, mais nous consommons encore des oeufs qui nous sont généreusement offerts par nos 4 poules. Nous ne consommons plus de produits laitiers, sauf quand nous sommes invités à l’extérieur. Mes enfants sont nourris selon nos convictions, mais mangent à la cantine 3 fois par semaine, où l’on y sert de la viande ou du poisson à tous les repas. Bref, quand on me demande si l’on est crudivores, végétariens ou végétaliens, je réponds qu’on essaie de se nourrir le plus sainement possible, c’est à dire qu‘on essaie d’apporter de la nourriture remplie de vitalité à notre corps tout en essayant de respecter au maximum notre environnement avec des produits frais, non transformés et locaux !

Aujourd’hui, je partage mon expérience et vous livre quelques conseils pour « élever » un enfant végétarien / végétalien en toute bienveillance et sérénité.

recette_chips_de_kale

1/ Tout commence par l’allaitement… Le lait maternel est idéal pour les bébés, en plus d’apporter à votre enfant tout ce dont il a besoin, il permet à votre bébé d’avoir une plus grande variété de goûts et de saveurs dans son existence. Le goût des aliments que vous consommez va en effet se retrouver dans le lait maternel, ainsi votre bébé sera habitué tôt à votre cuisine et à votre mode d’alimentation. Cela commence d’ailleurs dès ses premiers mois in utero.

2/ Habituez votre enfant dès son plus jeune âge à manger des produits bruts et sains. J’ai allaité mes 2 enfants jusqu’à ce qu’ils aient 10 et 11 mois et à l’heure où j’écris cet article, j’allaite encore ma fille âgée de 4 mois. A partir de 6-7 mois, j’ai commencé les compotes et purées faites maison, puis des petits bouts au fur et à mesure que leurs dents poussaient. A l’âge d’un an, nos enfants ont mangé exactement la même chose que nous, adultes. Les plats étaient simplement un peu plus mixés si besoin, ainsi ils ont pu s’éveiller tôt aux différentes textures et saveurs. Depuis qu’ils sont petits, ils mangent des fruits et des légumes crus / cuits selon les saisons. Et ils aiment tous les aliments même les plus « bizarres », ils ne sont pas difficiles (comparés à d’autres enfants qui n’aiment que les pâtes et le riz). Ils se régalent d’un plat de brocoli vapeur ou de chou romanesco. Pas besoin de noyer les légumes dans des sauces ou de les camoufler pour qu’ils les mangent. Ainsi, mon conseil est de les habituer tôt aux différentes saveurs, ce qui implique de varier un maximum les menus.

3/ Cuisinez vous-même ! Avez-vous déjà goûté un petit pot salé pour bébé ? C’est tout simplement fade et la purée maison arrosée d’un peu d’huile d’olive de bonne qualité est bien meilleure. Je n’ai jamais acheté de plats préparés pour mes enfants, j’ai toujours pris le temps de leur faire des petits pots moi-même, même quand je travaillais plus de 39 heures par semaine. Tout est une question d’organisation et de priorité (la santé de mes enfants plutôt que la TV le soir par exemple !). Les petits plats maison permettent à nos enfants d’apprécier le vrai goût des aliments, en plus de faire le plein d’énergie (grâce à des aliments crus ou cuits à basse température pour conserver toutes les vitamines et les nutriments) et de limiter tous les additifs et conservateurs, mauvais pour la santé.

Pizza_flo_4

4/ Ne soyez pas trop « extrêmistes ». Certains parents emmènent le goûter de leurs enfants quand ils sont invités à un anniversaire pour qu’ils ne consomment pas d’oeufs, pas de bonbons à base de gélatine et j’en passe, alors qu’ils ne sont pas allergiques à l’un de ces aliments… C’est leur choix, mais je ne fais pas partie de ces gens là. Je trouve cette position un peu extrêmiste et je pense que tant que les enfants sont petits (ceci n’engage que moi bien entendu), un bonbon de temps en temps ou un morceau de viande de temps en temps, ce n’est pas si grave. Tout est poison, rien n’est poison, ce qui compte c’est le dosage. Bien entendu, il y a la souffrance animale mais je ne peux pas empêcher nos amis, la famille d’acheter de la viande, ou la cantine d’en donner. De toute façon, on ne peut pas toujours être derrière nos chérubins et les enfants doivent vivre leurs propres expériences (dont la gastronomie fait partie !) et il ne faut pas que ce mode d’alimentation devienne une obsession, sinon les enfants le vivront mal et vous aussi. Il faut savoir arrondir les angles parfois, ou oublier toute vie sociale (ou ne fréquenter que des végétariens, famille compris…)

Je remarque cependant que quand on donne de la nourriture saine et équilibrée aux enfants dès leur plus jeune âge, ils ne développent pas par la suite des attirances vers des produits trop gras ou trop sucrés. Même chose pour la viande, nos enfants n’en sont pas fans (ils ont 4 et 6 ans).

louhans_4

5/ Dialoguez avec votre enfant, expliquez vos choix sans pour autant essayer de lui imposer à tout prix vos idées. Pour moi, la nourriture c’est un peu comme la religion, chacun doit se faire sa propre opinion, tenter ses propres expériences. Bien entendu, je ne cuisine pas de viande à la maison et n’achète pas de lait ou yaourts de vache, donc j’impose les menus chez nous. Mais si nous sommes à l’extérieur et que mon enfant a envie d’une saucisse grillée lors d’un barbecue entre amis, je ne lui interdis pas. Je discute simplement de nos choix avec lui à chaque fois que nous en avons l’occasion : comment sont élévés les animaux dans l’élevage industriel, pourquoi nous n’achetons pas de lait de vache, etc. Je n’essaie pas de le culpabiliser (du genre « quoi, tu as mangé du poisson à la cantine, mais c’est un animal mort !) Petit à petit, mon fils de 5 ans comprend certaines choses, pose des questions, s’intéresse à ce qu’il y a dans son assiette. Tout se fait en douceur, dans le respect et la bienveillance.

6/ Informez-vous ! De nombreux clichés circulent sur les végétariens / végétaliens. « Ils sont tous carencés », « ils sont maigres » « ils n’ont pas de muscles ». J’en ai entendu des tonnes, de quoi sortir un bouquin ! Aussi, je vous conseille de vous informer au maximum sur le végétarisme / végétalisme, sur les sources de protéines végétales qu’il est possible de cuisiner, sur les carences, les sources de vitamines, nutriments, ou savoir comment composer une assiette équilibrée. Plus vous serez informé sur le sujet, plus vous serez sûr de vous. Cela peut être très utile si vous devez argumenter en face de certains membres de votre famille inquiets pour la santé de vos enfants ou de professionnels de la santé qui vous affirmeront « qu’il n’y a rien de mieux qu’un steak pour avoir sa dose de fer » (100 % vécu ! ).

weekend_pluvieux_3

7/ Cuisinez avec vos enfants. C’est le meilleur moyen de leur donner goût à la cuisine, aux bons produits, aux bons aliments. Ils seront fiers de présenter aux autres enfants et adultes leur plat, et vous serez surpris de voir qu’ils se régaleront d’un saladier de petits pois frais qu’ils auront écossés eux-même ou d’un gâteau à la carotte… Faire les courses avec les enfants c’est très bien aussi, les miens aiment beaucoup choisir leurs légumes et leurs fruits bio.

8/ Montrez qu’il existe toujours des alternatives saines. Un hamburger végétarien fait maison, des saucisses au tofu, des frites de carottes, de panais ou de patates douces cuites au four avec très peu d’huile… Je ne suis pas une grande fan des produits industriels, même s’ils sont bio et végétariens / vegans, mais je fais de temps en temps des exceptions quand mes enfants ont envie d’un hot dog pour le pique-nique de l’école par exemple et pour essayer de limiter les frustrations au maximum (frustrations sociales, vis à vis des autres enfants donc). Il y a toujours des alternatives végétariennes ou végétaliennes possibles !

graines_germees_3

9/ Soyez inventifs et créatifs ! Les enfants attachent aussi beaucoup d’importance aux formes, aux textures et aux couleurs. J’essaie de leur créer des bonhommes ou des animaux dans leurs assiettes quand j’en ai le temps pour que des radis ou qu’une purée de potimarron deviennent comme par magie des éléments ludiques pour le déjeuner. Ainsi, ils ont avant tout du plaisir à manger, ce qui est primordial !

10/ Soyez parfois discrets. On parle beaucoup du végétarisme, végétalisme mais cela ne concerne finalement que 4 % de la population française ! Je me suis rendue compte que les médecins traitants ou certains professionnels de la santé flippent carrément lorsque vous leur avouez que vos enfants ne consomment pas de viande ni de produits laitiers. Ils sortent illico leur carnet d’ordonnances et vous notent tout un tas de compléments alimentaires à prendre pour combler les soit-disant carences (sans avoir réalisé une seule prise de sang au préalable). Parfois, il vaut mieux se taire que de devoir s’expliquer et se défendre avec un adulte qui vous regardera de haut parce qu’il a fait 7 ans d’études et qu’il s’y connait en nutrition… Bref, gardez votre énergie pour cuisiner de bonnes choses plutôt que pour vous justifier 😉

Par contre, le dialogue est parfois nécessaire. Par exemple, mon plus grand fils nous a un jour dit qu’il ne voulait plus aller à la cantine de l’école « parce qu’on le forçait à manger de la viande ». Je suis allée voir les personnes de la cantine pour savoir ce qu’il en était, elles m’ont simplement dit qu’elles demandaient à tous les enfants de goûter ce qu’ils avaient dans leurs assiettes avant d’affirmer s »ils aimaient ou n’aimaient pas tel ou tel plat, ce que je trouve normal. J’ai tout de même expliqué (calmement, avec le sourire) que nous étions végétariens, donc que mes enfants n’étaient pas habitué à consommer de la viande à la maison et que si mon fils ne finissait pas son morceau de poulet, cela ne me posait pas de problème.

Je n’ai pas demandé à ce qu’il ait un menu spécial ou des faveurs. Je pense que c’est à nous de nous adapter en ce qui concerne la vie en collectivité… Même si je rêve qu’on serve un jour au moins une fois par semaine des menus végétariens dans les cantines de France, mais ça, c’est un autre combat 😉

Gateau_de_bourgogne_4

Sources :

L’enfant végétarien, Dr. Franck SENNINGER, Edition jouvence,

www.vegetarisme.fr : association végétarienne de France

25 Responses to "10 conseils pour élever un enfant végétarien"

Add Comment
  1. Charlotte

    31 août 2015 at 15 h 12 min

    Super article ! On commence à se poser des questions à la maison quant à l’attitude à avoir envers nos futurs enfants… je crois que j’aurais quand même beaucoup de mal à voir les miens avaler une saucisse, mais d’un autre côté on n’a pas envie de les marginaliser… j’aime beaucoup ton approche détendue sur le sujet, et je crois qu’un enfant fera probablement un jour le bon choix s’il a été bien sensibilisé (pas traumatisé !), s’il aime le goût des légumes et si sa madeleine de Proust est vg 😉 Maintenant on croise tous les doigts pour que la France offre des options VG dans les cantines bientôt ! 🙂

    Répondre
  2. Gwen

    31 août 2015 at 17 h 01 min

    Pas encore d’enfants, mais je trouve cet article très intéressant. Je me suis quelques fois posée la question de la cantine, surtout si mon hypothétique enfant ne voulait pas manger de la viande, j’ai un peu du mal à comprendre qu’il ne soit même pas possible d’amener à la cantine son propre plat. D’autant que je garde de très mauvais souvenirs de la qualité de la cantine…

    Répondre
  3. Chrystelle

    2 septembre 2015 at 8 h 18 min

    Superbe article ! Babygirl est attendue pour décembre et je partage totalement ta façon de voir les choses 🙂
    Vu l’ampleur de la pétition en cours sur change.org, nous pouvons espérer que les choses changent dans les cantine aussi !

    Répondre
    • Marie-France

      2 septembre 2015 at 15 h 08 min

      oui ce serait bien. Bonne fin de grossesse Chrystelle !

      Répondre
    • yesil chloé

      7 septembre 2015 at 10 h 26 min

      oui, bientôt un problème de moins si cette pétition atteint son objectif

      Répondre
  4. Caroline

    2 septembre 2015 at 16 h 47 min

    Perso, nous sommes végétariens et jamais je n’autoriserais l’école à donner de la viande à mon enfant. Ca ne peut que les encourager à trouver des alternatives comme les légumineuses. 🙂

    Répondre
    • Marie-France

      3 septembre 2015 at 14 h 04 min

      Ah oui, et la cantine accepte sans soucis ? Votre enfant n’a pas envie de manger « comme les copains » ? Il a quel âge ?

      Répondre
  5. Fanny

    6 septembre 2015 at 11 h 50 min

    J’aime beaucoup votre article.

    Ceci dit je ne suis pas d’accord sur le principe de « s’adapter à la vie en collectivité », si vous ne dites pas à la direction de l’école votre préférence d’obtenir un menu végétarien ou de ne pas proposer de plat protidique à votre enfant, il n’y aura aucun changement.

    Il faut savoir informer sur nos souhaits et préférences, sinon rien ne changera. Et il ne faudra pas s’en plaindre.

    Si l’école ne peut pas, alors tant pis, mais au moins vous aurez fait honneur au végétarisme en disant haut et fort ce que vous auriez aimé que l’école fasse pour votre enfant.

    Ce n’est que mon point de vue, et pour moi il est légitime.

    Cordialement,

    Fanny

    Répondre
    • Marie-France

      6 septembre 2015 at 14 h 12 min

      Merci Fanny pour votre commentaire. L’école nous ayant déjà interdits de venir avec notre chien à 10 m. des grilles, je n’ai pas trop d’espoir pour le reste. Aussi je préfére garder mon énergie pour d’autres choses, sachant que nous sommes sûrement les seuls végétariens du village..

      Répondre
  6. yoplatchai

    8 septembre 2015 at 13 h 32 min

    Merci pour cette article !
    Je fais partie des flexitariens, mais mon fils de 2 ans n’aime quasiment que la viande…. J’espère que ça changera avec le temps !

    Répondre
  7. Pingback: Graines vertes #3 | Échos verts

  8. Sophie

    10 septembre 2015 at 10 h 46 min

    Cet article m’a beaucoup plu, et j’ai la même approche que vous quant au fait qu’il ne faut pas marginaliser ses enfants, et qu’une certaine flexibilité est de mise. Je suis flexitarienne, comme vous l’écrivez si bien (j’ai désormais un mot pour qualifier mon régime !). Mes deux filles ainées mangent de tout, aiment la viande, mais veulent devenir végétariennes plus tard. Je dois avouer que je trouve rassurant qu’elles mangent de la viande pour les apports en fer, même si tout cela est certainement matière à débat et qu’il y a bien sûr d’autres sources de fer que la viande. Je suis toujours très partagée par ces histoires d’éthique, de bien-être animal, de nourriture saine, mais aussi par le fait qu’il ne faut pas que la nourriture devienne une obsession. Votre façon de penser et d’agir me correspond bien je pense, même si je ne me nourris certainement pas aussi sainement que vous (produits laitiers notamment, manque de temps pour préparer la nourriture bébé moi-même etc…). Mais au moins je me laisse une marge pour pouvoir mieux faire 🙂

    Répondre
    • Marie-France

      11 septembre 2015 at 19 h 53 min

      Merci de votre témoignage Sophie, personne n’est parfait, moi y compris ;)Mais il est clair qu’on peut toujours s’améliorer… Tout en se faisant plaisir !

      Répondre
  9. clarou

    15 septembre 2015 at 14 h 39 min

    Encore un article plein de bon sens et non dogmatique! Merci Marie-France!

    Répondre
  10. Teixeira

    17 septembre 2015 at 23 h 07 min

    Bonjour,
    Je suis végétarienne et mon mari ne mange presque plus de viande…notre fils de 2 ans suit notre régime et aime tout ce que je lui prépare. Je m inquiete pour plus tard je me demande comment il va réagir quand il se rendra compte que les autres mangent différemment..?? Et voudra t il manger la meme chose?? Et va t il apprécier..? Comment cela se passe pour vos enfants vege a l extérieur /? Est ce difficile a gérer ou ils savent ce Qu ils doivent manger ou pas..?

    Répondre
    • Marie-France

      20 septembre 2015 at 19 h 52 min

      Je leur fait confiance, mais nous ne sommes pas végétariens depuis trés longtemps… 1 an, ils ont donc mangé de la viande avant a la maison….

      Répondre
  11. YILDIZ

    20 septembre 2015 at 22 h 50 min

    Bonsoir Marie,
    Tu ne fais plus du tout de cuisine turque ou as-tu conservé quelques bonnes recettes pour ta petite famille ? comme le ménémen, ou domatesli porinc çorbasi, ou kirmizi mercimek çorbasi, par exemple ?

    Répondre
    • Marie-France

      21 septembre 2015 at 14 h 22 min

      Il m’arrive de temps en temps de faire des soupes de lentilles ou du pilav Yıldız, quand j’ai des amis et que je veux leur faire découvrir cette cuisine.

      Répondre
  12. Sonia

    4 octobre 2015 at 14 h 23 min

    Merci pour cet article.
    J’ai un bébé, de bientôt deux ans, végétarien. Et comme toi, je ne serai pas stricte à lui interdire les bonbons à la gélatine quand il sera chez ses copains. Par contre, pour la viande, je ne veux pas qu’il en mange. Tant qu’il est petit. Quand il sera grand, je le laisserai faire ses choix à ce niveau, même si évidemment j’espère qu’il n’en mangera pas.
    Je pense que ça ne sert à rien d’être trop strict, frustrer quelqu’un est le meilleur moyen de le voir faire ce qu’on voudrait ne pas le voir faire. Et puis, nos enfants ont leur propre volonté, et feront les choix qui leur conviennent..
    Sinon, on se ressemble beaucoup, car tous tes conseils sont appliqués dans ma maison 🙂
    Au plaisir de te lire.

    Répondre
    • Marie-France

      6 octobre 2015 at 20 h 32 min

      Merci Sonia pour ton témoignage !

      Répondre
  13. grenouille

    30 octobre 2015 at 12 h 23 min

    J’aime bien cette approche.
    Je pense aussi qu’il ne sert à rien de frustrer les enfants : expliquer son approche, pourquoi on fait comme ça à la maison, oui ; mais obliger l’enfant à se retrouver « à part » dans un groupe est terrible s’il n’a rien demandé. Choisir d’avoir une position différente de la majorité demande du temps, de la réflexion, et une maturité qui n’est pas celle des enfants de maternelle et même après.
    Donc souplesse, les laisser trouver leur place, et aussi leur faire confiance : ils comprendront bien vos raisons à un moment ou à un autre, et ils les feront peut-être leurs ou peut-être pas, mais ils faut bien qu’ils choisissent leur positionnement d’eux-même !

    Répondre
  14. Ann

    26 février 2016 at 9 h 26 min

    Très bon article !
    Cependant, une seule remarque me fait un peu peur, celle sur les médecins… Je conçois que certains, entre guillemets, « vieux » médecins ne soient pas très compréhensifs, mais je ne crois pas qu’il faille pour autant éviter d’en parler ! Le médecin est quand même censé être un allié de notre santé. Après, libre à vous de ne pas aller chercher ces fameux compléments et/ou de changer de médecin afin d’en trouver un qui comprenne mieux notre régime alimentaire et en cerne les véritables besoins.

    Je crois que ce conseil d’éviter d’en parler à un médecin est un peu dangereux car, même informés, même quand nous maîtrisons notre alimentation, (et, d’ailleurs, même lorsque nous mangeons de la viande rouge), des carences peuvent survenir pour des raisons autres que l’alimentation. Mais parler de l’alimentation peut orienter le médecin vers cette même carence… Je crois avant tout qu’il faut être honnête car, si nous ne donnons pas toutes les cartes en main au personnel soignant, nous diminuons leurs chances de nous soigner, justement. Discrétion, oui, mais prudence aussi.

    Répondre
  15. Javelle

    9 juillet 2017 at 0 h 00 min

    Merci pour ton article!

    Répondre
  16. Amelie

    16 février 2018 at 11 h 05 min

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui vient nourrir ma réflexion sur le sujet. Maman « flexitarienne » (pour reprendre l’expression, plus pratique qu’un long laïus) d’une petite fille de 11 mois (omnivore… à la crèche), je me pose des questions sur le lait, pour la suite. Nous ne consommons plus de lait et produits laitiers à la maison. Pour le moment, lait en poudre… mais ensuite ? Qu’avez-vous donné à votre petite fille pour remplacer ces produits laitiers tant adulés par le corps médical et combler les besoins des petits en calcium et autres… des biissons végétales ? Merci pour votre site et vos articles bienveillants.

    Répondre
    • Marie-France

      13 mars 2018 at 15 h 22 min

      Amélie, j’ai allaité mes 3 enfants jusqu’à leurs 12-14 mois et ensuite je leur ai donné du lait végétal fait maison ou en bouteille. Il faut savoir qu’on trouve du calcium dans de nombreux aliments : graines de sésame, tahini, tous les aromates et les légumes à feuilles vertes, les amandes, le brocoli, les dattes et figues séchées.. Bref l’idée est d’avoir une alimentation variée avec des produits non transformés et un maximum de végétaux. Mes enfants n’ont pas de carences… Ils mangent aussi de nombreux fruits et légumes crus. Si vous êtes un peu perdue, je vous conseille de vous faire accompagner par une naturopathe compétente en la matière, comme moi 😉

      Répondre

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cheap Jerseys wholesale nfl jerseys wholesale nfl jerseys cheap oakleys cheap jerseys Cheap Jerseys fake oakleys fake ray ban sunglasses cheap gucci replica cheap oakleys cheap ray ban sunglasses fake oakleys replica oakleys fake cheap ray bans fake oakleys cheap gucci replica fake cheap ray ban sunglasses wholesale jerseys shop cheap fake watch sale replica oakleys replica gucci red bottom shoes cheap jerseys cheap oakleys fake oakleys cheap replica oakleys cheap replica oakleys fake oakleys replica oakleys cheap oakleys wholesale cheap oakleys outlet