Now Reading
Textiles biologiques et labels : démêler le vrai du faux

Textiles biologiques et labels : démêler le vrai du faux

textiles labels écologiques

Bienvenue dans le monde merveilleusement riche et diversifié des textiles biologiques ! Quel joli jardin de fibres naturelles et de labels aussi divers et colorés que les motifs du tricot de votre grand-mère. ! Mais, entre nous, saisir toutes les subtilités des textiles écologiques, c’est un peu comme essayer de trouver une aiguille bio dans une botte de foin qui ne l’est pas. Prêts pour une petite exploration au cœur du labyrinthe textile ?

Qu’est-ce qu’un textile biologique, en fait ?

textiles labels écologiques coton bio

Parlons peu, mais parlons fibres. Un textile biologique, c’est avant tout une fibre qui a poussé comme elle a grandi : sans intrants chimiques, pesticides ou OGM, bercée par les chants des agriculteurs heureux et les pollinisateurs non stressés. Coton, lin, chanvre, bambou… la liste est longue…

Mais ici, je vous pose la question : pensez-vous vraiment que tous les produits étiquetés « bio » ont tous la même intégrité ? Oh que non ! Prenons le coton bio, par exemple. Savez-vous qu’il nécessite moins d’eau que son cousin non bio et se passe de produits chimiques agressifs ? Cela aide non seulement notre belle planète bleue mais aussi les agriculteurs qui peuvent continuer à cultiver sans risquer leur santé.

Labels bio : la jungle des certifications

Maintenant, attachons-nous aux labels, ces petits badges d’honneur qui ornent les étiquettes de nos vêtements préférés. GOTS (Global Organic Textile Standard), Oeko-Tex, Fair Trade, Bluesign… On dirait le menu d’un restaurant gastronomique éco-responsable, non ?

Le GOTS, par exemple, c’est un peu le Oscar du monde textile bio. Ce label ne se contente pas de vérifier que le coton est bio à 95% (oui, il y a de la place pour l’erreur, on n’est pas chez les robots), mais il s’assure aussi que toute la chaîne de production respecte des critères sociaux et environnementaux stricts. Et là, je vous vois venir : « Mais comment savoir si c’est du sérieux ? » Eh bien, cela demande un peu de devoirs. Vérifiez toujours le numéro de certification sur les étiquettes, un peu comme vous vérifieriez la date de péremption de votre yaourt préféré.

La vérité derrière le bambou bio

Et le bambou, cette étoile montante des fibres écologiques ? Il est partout, promettant douceur et durabilité. Mais attention, si le bambou est naturellement une plante peu exigeante et rapide à pousser, le processus pour transformer ses fibres en tissu est souvent moins idyllique. La viscose de bambou, par exemple, peut impliquer des produits chimiques assez vilains, à moins que le processus ne soit celui du lyocell, plus propre et plus vert. Vous voyez le topo ? Toujours lire entre les lignes !

Alors, comment choisir intelligemment ?

D’abord, soyez sélectif et exigeant. Regardez bien les étiquettes, faites des recherches sur les labels et n’hésitez pas à poser des questions aux marques. Ils n’ont pas de réponses claires ? Next !

See Also
l’industrie de la mode

Pensez aussi à la longévité des vêtements. Un t-shirt bio qui dure des années, c’est mieux qu’un non-bio qui bouloche après deux lavages. Investissez dans la qualité, et vous verrez que cette jolie veste verte pour femme qui vous fait de l’œil en boutique aura sa place dans votre garde-robe pour de longues années.

Quid des teintures dans le monde bio ?

Ah, les teintures ! Si nous devions parler de ce petit secret bien gardé des textiles, nous plongerions dans un arc-en-ciel de nuances… pas toujours très vertes. C’est là que le bât blesse souvent dans l’industrie textile, même bio. Saviez-vous que la couleur de votre jean ou de votre t-shirt préféré pourrait venir de teintures remplies de produits chimiques, même si le tissu lui-même est 100% bio ? Oui, c’est un peu comme découvrir que votre smoothie vert contient des arômes artificiels.

Alors, comment rester chic et écologique ? Heureusement, il y a de l’espoir grâce à des innovations et des pratiques ancestrales qui font leur grand retour. Par exemple, les teintures naturelles issues de plantes ou de racines sont en pleine résurgence. Ces méthodes, bien que plus coûteuses et parfois moins éclatantes, n’empoisonnent pas nos eaux et offrent une palette de couleurs assez impressionnante.

Mais n’oubliez pas, le label GOTS que nous avons mentionné plus tôt couvre aussi le processus de teinture, garantissant que même les couleurs sont obtenues d’une manière qui respecte des normes environnementales et toxicologiques strictes. Ainsi, la prochaine fois que vous choisissez un vêtement, jetez un œil curieux sur le processus de teinture. C’est un petit geste pour vous, mais un grand pas pour réduire l’impact écologique de votre garde-robe. Alors, prêts à porter des couleurs qui ne ternissent pas la planète ?

©2021 Save The Green - Tous droits réservés

Scroll To Top